Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Courrier de soutien de Mr Mandrin, Maire de Châteauneuf-du-Rhône, présent le Vendredi 1/02 à Valence devant la Préfecture

7 Février 2013


CNIP Drôme
12, allée des Tilleuls,
26780 Châteauneuf-du-rhône.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Contre la marchandisation intégrale du vivant
Christian MANDRIN, Président du Centre National des Indépendants et Paysans de la Drôme (CNIP, parti fondateur de l’UDI, présidée par Jean-Louis Borloo), Maire de Châteauneuf-du-rhône, Vice Président de la Communauté d'Agglomération de Montélimar, apporte son soutien à l'action des responsables de la Transhumance Festive.
Homme de centre droit, j'ai toujours accordé d'avantage de crédit aux urnes qu'aux manifestations de rue et, lecteur de Philippe Murray, moins encore aux festives. Pour autant les bouleversements irrationnels du monde présent me pousse à revoir ce jugement. En effet, lorsqu'il s'agit d'une telle attaque portée contre la vie même et que l'on impose à nos éleveurs de « fliquer » à l'aide de puces électroniques leurs troupeaux de chèvres et de moutons, peu m'importe désormais les moyens : « Trop c'est trop ! » Contre « la France d'en haut », souvent Bruxelloise, celle qui fréquente rarement le terrain, mais souvent les « bars à eaux », toujours prête à faire table rase du passé et qui, à défaut de comprendre quoique ce soit à l’élevage, cyniquement se rabat sur la science comme à une bouée de sauvetage, il me semble important d'agir. D’agir face à ces décideurs à qui la tête en bourdonne, « rentabilisez-nous tout ça !», et qui exigent à présent « une viande standardisées de la victoire du fric », comme le « gin de la Victoire » que savourent les héros du Georges Orwell de 1984.
Car nous en seront là demain, si nous n'agissons pas, chacun résigné à « aimer Big Brother », à manger des viandes technologiquement parfaites, simples nutriments destinés à nous aider à supporter protéiniquement les angoisses de la vie.
Ne rions pas ! C'est ce que l'on nous propose.
Mais notre indépendance au CNIP est notre liberté. Devoir de liberté qui, au delà des clivages politiques, nous pousse à soutenir une poignée d'éleveurs, obstinés dans leur façon exceptionnelle de travailler et bien décidés à préserver ce qui risque d'être perdu : « à la fois une avant-garde, un dernier carré, une réserve de savoir-faire et surtout la promesse d'y re-gouter ! »
Contre les acteurs du sous-élevage industriel et de sa distribution planifiée dans nos assiettes appauvries, j'en appelle aujourd'hui, aux acteurs politiques des deux rives, mais aussi à tous ceux qui peuvent encore s'émouvoir au souvenir d'un blanquette de veau, au parfum d'un gigot de sept heures, à tous ceux pour qui les mots alpage, nature, rythme des saisons, parlent encore, à tous ceux qui refusent la marchandisation intégrale du vivant et qui refuseront, après celle de l'élevage, la confiscation par les mêmes, demain, du génome céréalier, à venir soutenir, comme je le ferai, ce vendredi 1er février 2013, la Transhumance Festive !
Contact : Denis ABOUT : 06 98 91 01 05

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

credits processing 14/04/2014 13:36

What a thoughtful and inspiring article. It is the responsibility of every citizen to know his rights and start acting right away. If we do not act right now, we may have to face severe consequences later on. Thank you.