Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre aux élu(e)s de la Drôme

4 Janvier 2013

Lettre aux élus-es de la Drôme

Lettre envoyée aux Maires Sénateurs, Députés, Conseillers généraux, Conseillers régionaux, et Députés européens,

Mesdames et Messieurs les élus,es

Notre collectif d’éleveurs s’est créé en 2008 pour lutter contre l'obligation de vacciner contre la fièvre catarrhale ovine (maladie non transmissible à l'homme). Depuis l’été 2010, nous luttons contre l'obligation de poser des boucles électroniques aux ovins et caprins. De nombreux collectifs comme le notre existent en France et nous sommes suivis dans notre combat par d’autres organisations (syndicats agricoles, mouvements citoyens…). De la même manière que l’a fait le collectif des éleveurs de P.A.C.A., nous sollicitons par la présente lettre votre soutien.

Ainsi, depuis juillet 2010, les éleveurs ovins et caprins sont soumis à l’obligation d'identifier électroniquement les animaux qui naissent sur leur exploitation. En 2013, c’est tout le cheptel français qui devra être « électronisé » (bouclage électronique des adultes). Cette obligation n’apporte rien de mieux en matière de garantie sanitaire ; par contre, elle s'inscrit dans un ensemble de mesures qui va accélérer la disparition d'un grand nombre de nos élevages.

Pour nous, cette nouvelle réforme de l’identification génère plusieurs problèmes :

- un surplus de travail (par le rebouclage des animaux adultes nés avant juillet 2010) et une augmentation des frais liés à l’identification (car l’état ne prend ce surcoût en charge que pendant 2 ans)

- de nouveaux problèmes de pollution : ainsi, rien a été prévu pour la perte, la collecte et le recyclage de ce type de matériel. Soucieux de garantir la qualité des produits à des consommateurs de plus en plus attentifs, nous estimons être en droit de refuser d'infliger la pose d'un appareillage électronique à cinq centimètres des cerveaux de nos animaux, tout au long de leur existence.

- des problèmes en terme d’éthique : évolution vers une société de plus en plus muselée ou la confiance envers les éleveurs est remplacée par les lecteurs de puces RFID.

Ainsi, l'électronisation de nos cheptels assurera surtout la rentabilité des entreprises de micro-électronique.

De plus, d'autres mesures se profilent, qui restreignent encore notre métier d'éleveurs : ainsi la Loi n° 2006-11 du 05/01/2006 prévoit, par un article du code Rural déjà rédigé, que :« A compter du premier janvier 2015, le matériel génétique support de la voie mâle acquis par les éleveurs de ruminants est soumis à obligation de certification, qu’il s’agisse de semence ou d’animaux reproducteurs ». En clair nous perdrons la maîtrise de la sélection de nos reproducteurs, puisque nous ne pourrons plus les échanger librement, entre éleveurs. Cela détruira de façon irréversible la diversité génétique comme cela se passe déjà pour les semences végétales.

Pour ces raisons nous refusons l’électronisation obligatoire des animaux d’élevage.

Ces techniques imposées dans une superposition de réglementations ont pour résultat certain, de nous faire perdre le lien avec nos animaux. En effet, de tous temps, les éleveurs ont tissé une relation privilégiée avec leur troupeau basée sur un ressenti intuitif, base de leur conduite d'élevage. Ce rapport au vivant est un trésor inestimable dans un monde qui est entrain de s'en éloigner, voire de perdre son "bon sens". Les éleveurs ne sont ils pas les sentinelles de la liberté ?

Nous refusons d'employer ces « puces RFID » et subissons de graves mesures de rétorsion, qui mettent en jeu la survie de nos exploitations : risque d’amendes, pénalités financières, suppression des aides de la Politique Agricole Commune qui représentent une part importante de nos revenus, interdiction de circulation ou de mener nos agneaux à l’abattoir.

Pourquoi notre administration s'acharne t'elle contre nous?

Pour soigner, sélectionner et identifier nos animaux d'élevage, nous demandons simplement qu'on respecte notre liberté d'en choisir les moyens, du moment qu'ils sont fiables et éprouvés depuis longtemps.

Après de multiples démarches envers les autorités concernées, nous proposons à tous nos concitoyens de nous soutenir. A vous, élus, Maires, Conseillers Municipaux, Généraux, Régionaux, Députés ou Sénateurs, d’appuyer en signant la motion ci-jointe, ce qui nous renforcera vis-à-vis de l'administration, pour l'amener à modifier sa position.

En espérant que vous serez sensibles à nos soucis d’éleveurs, d'agriculteurs, de citoyens, nous vous remercions d’avance de votre soutien.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les élus-es, l’expression de nos sincères salutations.

Merci de nous renvoyer la motion ci-jointe à :

Collectif des éleveurs drômois
Chez Yvan DELAGE
Le village 26310 Saint Dizier en Diois
Motion de soutien aux éleveurs

____________________________________________________

Je / nous, soussigné(e), (e) (s) :

Mandat :

Sollicité par le collectif des éleveurs de la Drôme de qui souhaite pouvoir choisir les moyens d'identifier ses animaux, je déclare appuyer leurs requêtes.

En effet depuis l'été 2010, ces éleveurs se plaignent de devoir identifier tous les animaux qui naissent dans leurs élevages , avec une puce électronique (puce RFID), et à partir de 2013 l'ensemble de leur cheptel.

Pourquoi rendre l'emploi de nouvelles technologies systématiquement obligatoire quand elles n'ont pas d'utilité pour de nombreux éleveurs ?

Très attachés à leur travail, proches de leurs animaux, la plupart refusent d'être astreints à une gestion de leur troupeau par un ordinateur.

Il existe encore, heureusement, une réalité pastorale, la transhumance, l'estive, en Rhône Alpes et dans bien d'autres régions !

L'identification des animaux avec de simples boucles plastiques ou des tatouages à l’oreille (technique employée auparavant), était pourtant suffisante et fiable.

Les éleveurs sont donc fondés à demander que l'emploi de ces boucles électroniques redevienne purement facultatif, comme il l'est encore pour identifier les bovins en France, ou les ovins et caprins de certains autres pays européens.

Je souhaite que l'état revoie sa réglementation dans le sens d'une obligation de résultats et non de moyens, pourvu que l’identification soit pérenne et fiable.

De même, les éleveurs s’inquiètent d’un article de loi qui prévoit de restreindre leur liberté de sélectionner leurs reproducteurs selon leurs propres critères dès 2015.

Ces procédures doivent être remises en question pour ne pas signer la fin des élevages à taille humaine, qui forment et enrichissent le tissu rural et qui restent un des atouts de la diversité agricole de nos belles régions

 

à

le

signature

Télécharger la motion de soutien aux éleveurs

Lettre aux élu(e)s de la Drôme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

snoring cures 12/02/2014 11:42

First of all I appreciate the author for taking the effort to share an article on a very good topic. This article lets you know about the things that are mandatory if you are elected as a Mayor.It should be formal and do not contain any vulgar slang or words. Thanks for the good source of information.